Eolien en mer : Pour une filière made in France !

_MG_9054
Philippe Thieffry, chef de mission Bretagne Ocean Power pour Bretagne Développement Innovation

Le marché de l’éolien en mer dans le monde est en pleine construction et promis à une dynamique de croissance exponentielle dans les années à venir. En France, la décision d’initier les premiers parcs commerciaux flottants dès 2021 sur la façade atlantique au sud de la Bretagne, puis sur la façade méditerranéenne est une opportunité de développer une filière industrielle robuste en consolidant l’offre des acteurs de l’éolien posé, déjà compétitive. A quelques semaines du lancement du 1er appel d’offres pour l’éolien flottant, nous, collectifs industriels des régions littorales, nous nous mobilisons au nom de plus de 500 TPE-PME et ETI locales. Notre objectif : faciliter leur accès aux prochains projets éolien en mer et contribuer à la relance économique.

Transition énergétique oblige, l’éolien en mer va occuper une place de plus en plus grande dans la production d’énergie. En Europe, l’objectif est de porter sa capacité de production de 12 GW actuellement, à au moins 60 GW d’ici à 2030 et à 300 GW en 2050, l’équivalent de 25% de la production électrique européenne.

En France, les projets nationaux d’éolien en mer posé attribués démarrent (Fécamp, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Courseulles, Le Tréport). Ils représentent 5GW sachant que l’objectif national est d’attribuer 1GW par an sur les 10 prochaines années dans de futurs projets éoliens en mer posés ou flottants.

Cette énergie est déjà rentable en Europe du Nord et on arrive en France à des coûts de production extrêmement compétitifs : le champ de Dunkerque produira à moins de 50€/MWh.

Accroître l’ancrage de l’activité industrielle dans les territoires

Les réalisations en cours en Baie de Saint-Brieuc et à Saint-Nazaire démontrent chaque jour l’expertise de nos entreprises françaises dans le domaine de la métallurgie, de la chaudronnerie, des services maritimes ou portuaires.

Pour autant, ce savoir-faire local n’a pas été aussi sollicité qu’il aurait pu l’être. La marge de progression reste importante puisque des milliers d’emplois peuvent être mobilisables sur de tels projets.

Les TPE PME se sont très rapidement donné les moyens pour se former, passer des certifications et engranger une expérience positive sur ces premiers projets en mer français. En Bretagne, Normandie, Pays de la Loire, Occitanie, Sud Paca, des dizaines de PME locales avec certifications et formations spécifiques sont à présent sur les rangs. Elles sont maintenant armées pour conquérir de nouveaux contrats dans l’éolien flottant et, à terme, une centaine pourrait être concernée.

Les spécificités de l’éolien flottant : un potentiel de développement industriel à ne pas manquer !

L’industrie de l’éolien en mer posé s’est développée en Europe depuis plus de 10 ans. Les industriels d’Europe du Nord ou de la péninsule ibérique ont une longueur d’avance et disposent déjà d’infrastructures dédiées.

En revanche, l’éolien flottant est une évolution technologique, qui permet l’émergence de nouveaux acteurs français et ouvre une opportunité unique de développer de nouvelles activités industrielles sur le territoire national.

L’industrialisation et l’exploitation des parcs éoliens flottants sont par essence fortement dépendants des capacités industrielles, industrialo-portuaires et maritimes des territoires d’accueil.

Construire les briques industrielles de ces projets, assembler les flotteurs, armer les plateformes, les assembler aux turbines, transporter les éléments sur le site d’accueil, ancrer les plateformes en mer, connecter les parcs au réseau et maintenir ces parcs en activité opérationnelle, nécessiteront plus que pour l’éolien en mer posé, des bases industrielles et des compétences solides de proximité, telles qu’elles émergent déjà autour du Havre, Brest, Saint-Nazaire et Port La Nouvelle.

Traduire cette ambition collective dans les futurs appels d’offres

L’objectif de développer une industrie locale forte ne pourra être atteint que si les porteurs de projets prennent appui sur les acteurs locaux. C’est donc à l’Etat d’inciter énergéticiens et développeurs à s’appuyer sur les entreprises du territoire, en attribuant ces marchés sur des critères spécifiques :

  • D’insertion territoriale du projet s’appuyant sur une organisation industrielle basée sur les infrastructures portuaires et sur les compétences locales,
  • D’objectifs chiffrés ambitieux en pourcentage de PME locales participant au projet et d’adaptation d’une méthodologie de process d’achat et de consultation pour les PME,
  • De prise en compte des impacts sociaux et environnementaux du projet, dans une logique de circuits courts, d’accès à l’emploi, de critères durables et éthiques.

Pour ce faire, les critères d’évaluation des offres doivent porter sur un juste coût économique (compétitivité), social (emplois locaux) et environnemental du MWh produit par les parcs éoliens en mer.

 

Nous, collectifs industriels des régions Bretagne, Normandie, Occitanie et Pays de la Loire représentons plus de 500 TPE-PME et ETI de la chaîne de valeur française. Nous comptons sur l’Etat et sur les grands acteurs de l’énergie pour faire appel aux forces économiques locales et favoriser ainsi la naissance de nouveaux métiers, d’une nouvelle filière et de nouveaux emplois dans nos territoires.

 

Philippe Thieffry

responsable énergies marines renouvelables à Bretagne Développement Innovation

et chef de mission Bretagne Ocean Power

représentant les clusters Bretagne Pôle Naval, Breizh EMR, Wind’Occ, Normandie Maritime, Neopolia