Des sites d’essais pour les principales technologies des énergies marines en Bretagne : un atout majeur

1
Dans le secteur des énergies marines renouvelables, la Bretagne possède un atout majeur et peu commun : trois sites d’essais maritimes. Ces derniers peuvent accueillir les principales technologies des énergies marines (hydrolien, éolien et houlomoteur). Plusieurs entreprises, locales ou étrangères, les utilisent déjà.

Forte de sa configuration géographique et d’un écosystème de savoir-faire reconnus, la Bretagne propose actuellement aux porteurs de projets des énergies marines la possibilité de tester leurs projets sur 3 sites d’essais:

  • à Paimpol-Bréhat
  • à Sainte-Anne du Porzic dans la rade de Brest
  • en ria d’Etel

Ces sites d’essais maritimes peuvent accueillir des porteurs de projets, développeurs de technologies ou offreurs de briques technologiques pour test des projets de technologies hydrolienne, éolienne ou houlomoteur.

carte sites d’essais

Des sites opérables à coûts maîtrisés

Chacun des 3 sites dispose de caractéristiques propres. Mais tous peuvent faire valoir des arguments communs :

  • Ils sont opérables facilement (avec la possibilité de s’appuyer sur de la main d’œuvre qualifié pour l’exploitation et la maintenance des technologies dans les domaines de la recherche, des opérations marines, de la construction et réparation navale)
  • Le tout à des coûts maîtrisés
1
Immersion de l’hydrolienne HydroQuest Ocean  fin avril 2019 @HydroQuest2018   –   Prototype 1/10è de Eolink en test à Ste Anne du Porzic  –  @Guinard Energies  –  Hydrolienne Minesto

Des sites complémentaires

Le site de Sainte-Anne-du-Porzic (rade de Brest) géré par l’Ifremer et celui de la ria d’Etel géré par le Chantier Bretagne Sud permettent de tester des machines à échelle réduite ou d’essayer des briques technologiques. Ces deux sites sont complémentaires : le premier pour l’éolien ou le houlomoteur, le deuxième pour de l’hydrolien.

Un site pour l’hydrolien océanique

Enfin, le site de Paimpol-Bréhat opéré par EDF. C’est le seul site d’essai à l’échelle 1 pour de l’hydrolien océanique. Il présente également l’avantage d’être raccordé au réseau par un câble en courant continu.

Actuellement, l’entreprise grenobloise HydroQuest et son partenaire CMN (Constructions Mécaniques de Normandie) y testent avec succès leur hydrolienne marine HydroQuest Ocean d’1MW.

Dans le cadre du projet européen TIGER, c’est l’hydrolienne en forme de cerf-volant de Minesto qui devrait venir sur le site à partir de juin 2021.

Un projet européen lancé pour démontrer la pertinence de la technologie hydrolienne

PrintAfin de démontrer la pertinence de la technologie hydrolienne, les partenaires du site de Paimpol-Bréhat (EDF, SEENEOH, Bretagne Développement Innovation et Bretagne Ocean Power) participent au projet européen TIGER.

Ce projet Interreg France (Manche) Angleterre rassemble 19 partenaires (industriels, chercheurs, énergéticiens, agences de développement dont Bretagne Développement Innovation) durant 4 ans et est doté d’un budget de 46,8 millions d’euros (dont 28 millions de fonds FEDER), afin de :

  • travailler sur la chaîne d’approvisionnement,
  • aider aux développements technologiques,
  • déployer des hydroliennes sur 4 sites pour une puissance totale de 8 MW. Parmi ceux-ci : le site de Paimpol-Bréhat

L’objectif final : diminuer le coût de l’hydrolien et fiabiliser les technologies.

Bretagne Ocean Power, par son action auprès des entreprises est mobilisée pour identifier les partenaires de la supply chain qui pourront apporter expertise et savoir-faire aux projets testés en Bretagne.

Dans le cadre du projet TIGER, on retrouve également le site du Golfe du Morbihan, opéré par Chantiers Bretagne Sud qui devrait accueillir un projet développé par Sabella.